LA FRANCE, PAYS DE QUELS DROITS DE L'HOMME ?


                              Nous les Français nous donnons des leçons à des pays comme la Chine, la Corée du Nord au sujet des droits de l'homme !                                                                                    

                                                                                                                               Pourtant.

                     Contrairement à ce que demande la Cour Européenne Des Droits de l’Homme la partialité est bien présente partout dans notre pays.

                                                                                                                                           


      
Le TGI de Caen donne la garde d'une petite fille à un trafiquant de drogue et consommateur d'héroine.
                Plutôt qu'a la mère à qui il n'a absolument rien à reprocher juste avec un tour de passe-passe des juges.

                                                                                                

                                                                    Les juges:             1) Font traîner délibérément l'affaire (3 ans).


                                                                                                 2) Se servent ensuite de ce retard pour rendre une décision en faveur de la partie adverse.

                                                                          >>>>>>>>>>3) Ferment les yeux sur la condamnation pour trafic de drogue. Là, pendant ce jugement!

                                                                                                 4) Se servent de son addiction à l'héroine mais à son avantage.

                                                                                                 5) Il perd son emploi, permis de conduire, les juges restent sourds.

                              
                                                                                                 6) Ils ne tiennent pas compte des documents apportés par Madame.

                                                                                                 7) Des jugements remplis d'erreurs.

                                                                                                 8) Des mensonges (travail de nuit).

                            Voila l'histoire, elle montre qu'en 2017, Notoriété et Partialité vont souvent de pair

                                          

                                                                                                   Cette histoire est bien réelle elle se déroule aujourd'hui dans le Calvados.                Contact:   p1967@perso.be

                   

En janvier 2015 j’ai demandé la garde de notre fille, en URGENCE



Là, le tribunal de Grande Instance de Caen de façon délibérée à fait traîner les choses. La juge Mme A. demande une expertise psychiatrique à mon encontre en mai 2015.

Mais ne règle pas le médecin et ce, pendant plus d’un an. Alors que la partie adverse Monsieur G.J avait réglé la somme au tribunal aussitôt. Donc l'argent était bien au tribunal


(Ensuite, la juge se sert de ce retard pour rendre sa décision en faveur de la partie adverse, c'est scandaleux et c’est réellement très grave).

En effet, Je me suis faite soignée pour une dépression, je rappelle que j’étais battue très souvent. Ce type est alcoolique et c'est un drogué.

La juge a demandé une expertise psychiatrique mais, a refusé de régler le Docteur L. Expert qui a été obligé d’attendre pendant plus d’un an.

Cette perte de temps a été faite de façon délibérée par ce tribunal qui se sert de ça aujourd’hui   dans le jugement final (pj3).

L’expertise n’a servi qu’à faire traîner les choses puisqu’elle n’a absolument rien révélé, et ça, tout le monde s’en doutait.

-Mon avocate a contacté la juge à plusieurs reprises au sujet de ces retards!

-Des courriers ont été envoyés pas moi, mes parents, et ce à plusieurs reprises sans obtenir de réponse.

-Des mails, en voici des exemples mais ce ne sont pas les seuls.
-J 07 avril aff familiales tgi Caen: pas de réponse
-J 21 avril 2016 Aff familiales: pas de réponse
-V 20 mai 2016 President de la cour d'appel de Caen courrier et mail: pas de réponse
-19 mai 2016 le CSM courrier et mail: pas de réponse

Obligation de demander un ajournement!!!

S’il n’y avait pas eu cette tricherie, ma fille n’aurait pas eu 'et n'aurait pas' à vivre au milieu de l’héroïne.

Vous lisez dans le motif de la décision (pj3)  que le pere G.J. a changé ses horaires professionnels pour le bien de l’enfant. C’est totalement faux (pj4 contrat de travail).

Mais, la juge a-t-elle vérifié la raison de ce changement d’emploi ? Un CDI d’ambulancier pour se retrouver sans emploi ou en intérim. Non !

Je suis convaincue, qu’il s’est fait licencier. G.J. m’avait dit à l’époque où nous étions ensemble que son employeur voulait se séparer de lui.

Une fois il l’a même fait souffler dans le ballon. Plus grave encore, la juge Mme D.Z se sert de son addiction à l'heroine, mais, à son avantage (en prétextant qu’il se soigne) pour justifier de la décision finale (pj3).

De plus, elle ne tient pas compte du tout du trafic de drogue dont il vient d’être rendu coupable, ainsi que de tous les autres éléments. (art-journal)


Le tribunal minimise les affaires d’héroïne.


                                                 

Depuis 2 ans et demi que dure ce jugement (donc on peut dire, sous les yeux des juges), G.J. a continué à se droguer tranquillement, il faisait du trafic de drogue. Mes parents ont prévenu le tribunal à plusieurs reprises à ce sujet pas de réaction.

Grace à nous. Il a été pris à Caen pendant le temps du jugement, par les gendarmes pour conduite sous l’emprise de stupéfiants, ils ont trouvé 500 grammes d’héroïne à son domicile, ET LA OU VIT L’ENFANT ! Et ce n’est pas tout, c’est toujours et encore ce même tribunal qui le condamne à 3 mois de prison avec sursis. Je rappelle, que c’est un trafic de plus de 9000 euros ! Et qui dure depuis le début de ce jugement (pj2).

Nous avons signalé qu’en 2012 des perquisitions ont été faites chez ses parents pour de la drogue. Les gendarmes ont tout saisis téléphone, balance, graines de cannabis, etc… Et ont ensuite étouffé l’affaire, soi-disant que là aussi, il se soignait. Aujourd’hui, on ne peut plus rien prouver (sauf que la moitié du village est au courant). Pourquoi personne n’enquête sur cette histoire ? Le père de G. J. est le chef de la caserne des pompiers, la mère est pharmacienne et, est au C.Municipal. Est-ce la raison de toute cette partialité ?

Attention ce type est ambulancier, il est toujours chez les pompiers, personne ne bouge le petit doigt !

Le tribunal minimise l’addiction à l’alcool.



J’ai demandé les services d’un détective privé assermenté M. G. (pj5).

Ce détective a constaté que G. J. traînait les bars avec l’enfant très tard le soir. Ce tribunal ne tient pas compte de ces faits bien au contraire. La juge les retournes contre mon père qui n’a absolument rien à voir avec cette affaire. Voir plus bas ‘les erreurs’ et (pj6).

Des comptes rendus erronés.


Ce qui est très grave, c’est qu’à mon sujet, les juges n’ont absolument rien à me reprocher. Pendant ces 2 années, j’ai obtenu un diplôme de technicienne supérieur en méthodologie et étude de la logistique, j’ai signé un CDI de secrétaire logistique, le tribunal ne veut même pas en entendre parler ! Non, la juge regarde les attestations de ses copains.


J’ai déposé des plaintes à la gendarmerie.


- 02/ 2015 : Plainte pour coups et blessures sur ma fille et moi-même à l’encontre de J. G. (Aucune garde à vue, plainte rejetée par le TGI de Caen) pourtant, traumatisme crânien pour moi-même, et une hypotonie axiale pour ma fille. Hôpital de Lisieux 24/10/2014 (pj8).

- 01/2015 : Plainte pour coups et blessures à l’encontre du père de G. J. (pas de garde à vue non plus, plainte rejetée par le TGI de Caen, la réponse 2 ans après) pourtant de multiples hématomes, Hôpital de Falaise le 05/01/2015, justifiant 8 jours d’arrêts de travail (pj8).

- 04/2017 : Plainte contre les parents de G. J. pour diffamation (au sujet de ce procès) procédure en attente (pj7), à propos d’un courrier directement adressé à la juge pour me discréditer.



                  



Trop de dysfonctionnements.



 La juge Mme A. n’explique pas pourquoi elle fait traîner cette affaire de façon délibérée. Personnellement j’aimerai le savoir, car Il ne faut pas oublier que c’est pour cette raison que je n’ai pas la garde de ma fille, jugement finale du 19 mai 2017.

                                                                      Ce qui suit est scandaleux!!!

Lors du jugement du 20 décembre 2016, la juge Mme A. avait devant les yeux la condamnation de J. G. pour consommation et trafic de drogue.

Pourquoi à ce moment précis (puisqu’elle n’avait absolument rien à me reprocher) a-t-elle fait encore traîner les chose en ne rendant pas la décision finale ?

Mais, en la reportant une fois de plus, attendant de voir si G.J. se soignait.    Ça c'est réellement très grave!   C'est la que l'on voit que c'etait jugé d'avance.

''Bizarrement là, on change de juge!''

Et qu’ensuite la juge Mme D.Z., utilise ces faits pour lui donner la garde. Je rappelle qu’il faisait quand même du trafic de drogue et qu’il se droguait devant l’enfant ! Un changement de juge, mais pourquoi faire ? Puisque Mme D.Z. reprend exactement les mêmes erreurs commises par Mme A. pour rendre sa décision sans même lire les documents. Le tribunal a fait ça pour se couvrir, c’est mon avis ! Il est clair que mon avocate ne peut pas faire grand-chose contre les négligences et les inégalités qui règnent dans cette affaire. La Cour Européenne des Droits de l’Homme stipule que les juges doivent êtres impartiaux. De mon côté, je n’ai apporté que des choses positives. Ce qu'il apporte lui, ce ne sont que des déclarations sur l'honneur faites par ces copains. Ils oublient de dire que je vivais dans la crainte avec un drogué qui me tabassait. Alors pourquoi ce parti pris ? Il suffit de regarder les pièces jointes pour constater un manque flagrant d’impartialité.

     LA NOTORIÉTÉ DE CETTE FAMILLE.        

Pour moi, la décision était prise depuis le début. Le père m’a éloigné de mon enfant de 4 mois, la juge m’a refusé la garde alors qu’elle n’avait rien à me reprocher. G.J. a prétexté que j’avais des problèmes psychiatriques pour ne plus que je vois notre fille. Les dates ont été repoussées délibérément, de mois en mois, d’années en années, sans raisons valables. Au tribunal, on a signalé les problèmes de drogue de G.J. Personne ne va vérifier ! Il a fallu nous débrouiller par nous même pour avoir une copie du jugement qui venait d’être prononcé à l’encontre de ce monsieur, pour trafic de stupéfiants alors qu’elle était là, dans ce même tribunal, devant les yeux des juges. Je constate un acharnement contre moi, j’ai énormément souffert car ce n’est pas humain de voir d’un côté le tribunal être d’une cruauté sans pareil contre une personne, et de l’autre, donner toutes les chances en fermant les yeux sur les erreurs commises. Là, il est simple de constater que si j’avais réellement eu des problèmes psychiatriques, avec tout ce que je viens de subir par ces jugements, je ne serais pas là, à vous écrire. 

Même si je ne me fais pas d’illusions, je vais faire appel, mais, c’est encore un an à attendre pour rien car il est certain que quelqu’un dans ce tribunal fait en sorte que cela reste en l’état.


POURQUOI ce tribunal donne raison à ce trafiquant de drogue ?

POURQUOI les juges ne regardent que ce qu'ils veulent bien voir ? '''Par exemple, comparez la condamnation et l'article du journal''' il n'y a rien qui vous choc?

Je suis obligée d'attendre (appel cassation) donc des années pour faire une requête à la CEDH. Ça, ce n'est pas normal!

La CEDH C'est la seule justice que l'on puisse esperer en France.

                                 LES JUGES 'EN FRANCE' N'ONT DE COMPTE À RENDRE PERSONNE ?  Le CSM


                                                           P.Ellevitan.


l'article 10 de la CEDH dit que toute personne a droit à la liberté d'expression. La liberté d'expression est le droit reconnu à l'individu de faire connaître le produit de son activité intellectuelle à son entourage.
Il n'y a pas de diffamation, pas de nom. Je ne suis pas un anonyme. Contact : ellevitan@free.fr

Ne pas être d’accord avec une décision de justice, n’est pas un délit. Sinon pourquoi faire appel !

L’article 6 dit que nous avons tous droit à un procès équitable ! Oui. Vous avez bien lu équitable !

                                                        


                                                                                                            
Incompétence? Partialité? Passe-droit? Corruption?........


https://www.tendanceouest.com/actualite-191201-calvados-trois-mois-de-prison-avec-sursis-pour-l-heroinomane.html